dimanche 26 octobre 2014

La maîtresse de guerre de Gabriel Katz


Dans le même univers que celui du Puits des mémoires, Kaelyn, fille d’un maître d’armes, rêve de reprendre le flambeau paternel, tandis que les autres filles de son âge rêvent d’un beau mariage. Elle a le talent, l’instinct, la volonté. Elle ne demande qu’à apprendre. Mais cela ne suffit pas : c’est un monde dur, un monde d’hommes, où la place d’une femme est auprès de son mari, de ses enfants, de ses casseroles. Il va falloir lutter. Elle s’engage donc dans cette grande armée qui recrute partout des volontaires pour aller se battre au bout du monde. Des milliers de soldats partis « libérer » le lointain sultanat d’Azman, plaque tournante de l’esclavage, terre barbare où règnent les cannibales. Dans la violence de la guerre, elle veut acquérir seule ce que personne n’a voulu lui enseigner. Mais le grand sud, plongé dans le chaos de l’invasion, va bouleverser son destin bien au-delà de ses attentes…



Mon avis

J'ai lu ce livre en lecture commune avec ma binomette d'amour (pour changer), dans le cadre du challenge un an/un genre qui concerne cette année la Fantasy. Nous avions le choix, pour le mois d'août de lire, soit le puits des mémoires, soit la maîtresse de guerre qui se déroule dans le même univers. N'ayant pas trop le courage de lire de la fantasy pure et dure, nous avons donc choisi de lire le plus jeunesse des deux. Et nous n'avons pas été déçue !

J'écris cette chronique des semaines après avoir lu le livre, alors je vous avoue que même si je me rappelle bien de l'histoire, j'ai un peu de mal à me souvenir de mon ressenti au complet ! Si ce n'est que j'ai vraiment bien aimé cette histoire (et c'est le principal, non ?). Bon ok, vous voulez peut être en savoir un peu plus, alors je vais essayer de me creuser la tête !

Tout d'abord, je dois vous dire que j'ai beaucoup aimé Kaelyn, l'héroïne de l'histoire. On découvre une jeune femme, qui avait pour projet de prendre la succession de son père, chef de guerre dans une tribu du Nord, mais qui va voir son destin quelque peu modifier. Elle rejoint l'armée, et se retrouver capturée, puis  obligée de devenir servante dans la maison d'un chef de guerre du Sud. Et finalement, cette capture lui ouvrira sans doute beaucoup plus de portes qu'elle n'aurait pu l'espérer : son destin va basculer.

Alors, je dois dire que l'intrigue ne m'a pas vraiment surprise plus que ça, si ce n'est le comportement d'Hadrian à un certain moment, qui m'a juste donné envie de tuer les deux personnages d'un coup. De 1) parce qu'il est juste celui d'un gros connard prétentieux imbu de lui même, et de 2) parce que notre héroïne qui jusque là était forte, nous semble tout à coup devenue une petite chose fragile et facilement manipulable. Passé cet épisode, j'admets que j'ai eu du mal à m'attacher à nouveau à Hadrian. Du moins, pas aussi facilement que Kaelyn.

Cependant, les événements s'enchaînent, et on est vite absorbés par l'intrigue qui, même si elle manque parfois de surprise, nous promène quand même gentiment au fil des pages. 

Ce qui m'a le plus séduite dans cette lecture est sans conteste l'univers de l'histoire. J'aime la fantasy, et je dois dire que j'adore y découvrir des contrées lointaines, le grand nord, les tribus, et ce genre de choses, alors je n'ai pas été déçue par ce point puisque nous rencontrons pas mal de ces tribus, notamment les Waegs, des terribles guerriers assoiffés de violence et de sang. Nous en apprenons donc beaucoup sur l'univers, tant sur les régions elles mêmes, que sur les peuples qui y vivent, et j'ai apprécié ce fait.

___________________________

En bref, j'ai beaucoup aimé l'écriture fluide de Gabriel Katz, ainsi que son univers que je découvrais par ce roman. J'ai été conquise par les régions que nos héros traversent, émerveillée de découvrir ce grand nord à couper le souffle... Et apeurée face à certaines peuplades barbares qui les habitent. J'ai également été conquise par notre héroïne, qui est typiquement le genre d'héroïne de fantasy que j'apprécie, même si j'ai trouvé que son histoire avec Hadrian lui donnait une facette fragile qui ne collait pas vraiment avec le reste du personnage. Je n'ai d'ailleurs pas aimé plus que ça le personnage d'Hadrian, que j'ai trouvé trop calculateur et sûr de lui par moment. J'ai tout de même dévoré ce livre, et vous pouvez être certains que Gabriel Katz et moi; on n'en restera pas là ! 



1 commentaire:

Léa TouchBook a dit…

Un avis qui donne très envie :) je l'ai en plus dans ma pal ^^

Enregistrer un commentaire